Le sans plomb : le futur de nos balles de chasse

Le sans plomb : le futur de nos balles de chasse

Pour Solognac, réduire notre impact environnemental est un de nos objectifs principaux aussi bien pendant nos pratiques cynégétiques que lors de la conception de nos produits. 

LA CONCEPTION DE NOTRE BALLE DE CHASSE SANS PLOMB

Afin d’accompagner l’évolution de la législation concernant l’usage du plomb et du plastique à usage unique, nos équipes travaillent sur la conception de munitions de chasse en employant des substituts au plomb. Vous retrouverez notamment des projectiles en cuivre dont nous allons vous parler aujourd’hui.

La législation ne touche pas que les cartouches pour le plomb. Et oui … Les balles sont aussi concernées par ce changement. Aujourd’hui, nos équipes ont mis au point un nouveau projectile en cuivre qui permet de limiter notre impact environnemental d’une part, et également de préserver la venaison.

RAPPEL DE LA LÉGISLATION

Depuis quelques années déjà certains pays s’intéressent à l’utilisation du plomb et ses effets néfastes. Il est clair qu’au vu de la transition écologique en cours, l’utilisation du plomb tend à disparaître que ce soit par la législation mais aussi par la volonté des pratiquants. En effet, cette transition doit aussi être régie par l’envie de protéger nos terrains de pratique pour conserver nos pratiques.
Vous le savez sans doute, l’interdiction sur l’utilisation de ces munitions va entrer en vigueur en 2023, et elle concerne les zones humides. Petit rappel : cette dernière interdit le recours aux munitions au plomb dans les zones humides et autour de ces dernières dans un périmètre de 100 m (zone tampon). Elle fait également peser sur le détenteur d’une munition au plomb l’obligation de prouver qu’il n’en fait pas usage dans les zones concernées.
D’ici quelques années en Europe, l’interdiction à la vente et à l’utilisation des munitions sans plomb devrait prendre effet. L’interdiction concernant les balles sera mise en place avant celle des cartouches.

Le sans plomb : le futur de nos balles de chasse

COMPOSITION : quel substitut aux munitions sans plomb ?

On rentre dans le côté plus technique du projectile afin que vous compreniez au mieux le choix de la composition et toute la complexité qui l’entoure.
Le choix du matériau pour un projectile est complexe : Il doit avoir une masse volumique importante afin de transporter une grosse quantité d’énergie, mais doit également être relativement mou pour se déformer dans le canon et prendre les rayures. La ductilité₁ du projectile est également importante à l'impact afin de libérer plus d’énergie dans les tissus. Le plomb fait à merveille ce travail, mais ses impacts sur la santé contrebalancent ses qualités balistiques. Mais qui pour remplacer le plomb ? Nous cherchons donc un élément dense et mou. Ainsi, l’or l’argent et le cuivre sont les éléments les plus denses et suffisamment mous pour se déformer par les rayures. Pour des raisons économiques évidentes, le cuivre a été choisi.
Le cuivre a comme tout métaux ses avantages et ses inconvénients, il a fait ses preuves dans les balles de carabine depuis maintenant plus de 50 ans.

₁Le fait que la matière se déforme facilement

ARCHITECTURE du projectile

Afin de limiter au maximum les risques sécuritaires, nous avons opté pour un projectile qui pétalise sans fragmenter. Pour rappel, il existe 3 types de munitions :
Des projectiles à fragmentation : l’avant du projectile va se séparer en plusieurs éléments, l’arrière reste intègre, ce type de projectile a une létalité élevée mais son utilisation fait polémique pour des raisons de sécurités.
Des projectiles qui “champignonnent” : Le projectile va former un dôme durant la pénétration, comme la tête d’un champignon. En d’autres termes, le diamètre maximum du projectile peut presque doubler, les bords ne sont pas coupants.
Des projectiles qui “pétalisent” : elles forment une fleur avec un nombre de pétales définis (4,5,6…).  Ces pétales sont coupants comme des lames de rasoir, le projectile tournant sur lui-même ces pétales infligeant des liaisons importantes.

Le sans plomb : le futur de nos balles de chasse

La balle exergy Blue fait donc partie des projectiles qui pétalisent notre choix s’est orienté vers une configuration à 5 pétales. La principale complexité de ce type de projectile réside dans la géométrie interne, qui doit permettre une expansion du projectile dans 100% des cas mais qui doit s’arrêter au bon endroit pour ne pas perdre de pétale. En plus de la géométrie un traitement thermique est effectué afin de rendre l’avant du projectile plus ductile que l’arrière. Ce traitement thermique facilite l’expansion et évite l’arrachement de matière en rendant le cuivre moins cassant.

Pourquoi des gorges sont présentes sur le projectile ? Le projectile se déforme lorsqu’il passe dans le canon, cette déformation pouvant entraîner des déplacements de matière qui sont récupérés par les gorges ceci afin d’éviter l’accumulation de cuivre dans les rayures. Le deuxième intérêt est de limiter l’effort à l’avancement du projectile et donc de lisser le pic de pression ce qui permet d’optimiser les chargements.

Non, remplacer le plomb par un autre matériau n’est pas si simple ! Chaque matériau possède des caractéristiques précises qui permettent de créer un projectile unique. Ici par exemple, la question du poids des matériaux a soulevé différentes questions. Le cuivre étant moins dense que le plomb, pour un même poids un projectile en cuivre sera automatiquement plus long. Étant plus long, il est possible qu’il ne soit pas stabilisé. Nous avons donc décidé de diminuer le poids des projectiles afin de conserver une longueur équivalente aux projectiles conventionnels et donc de garantir une stabilité optimale. Éliminer le plomb c’est une chose, mais pour Solognac le plus important c’est d’obtenir un produit tout aussi performant sans les contraintes du plomb.

POURQUOI "BLUE" ? 

Le bleu c’est tout simplement la couleur de la pointe en polymère appelée le “tip”. Son objectif est d'améliorer le profil aérodynamique du projectile afin d'obtenir une énergie à l'impact supérieure. De plus, c’est une couleur facilement repérable dans la venaison. A savoir que le polymère est la seule partie du projectile (1%), que l’on va perdre lors d’un impact sur tissu mou. En revanche, dans le cas d’un impact sur un os, il est possible de perdre un ou plusieurs pétales. L’absence de fragmentation de ce projectile évite une possible migration du plomb dans la venaison. Dans la grande majorité des situations, ces balles en cuivre se comportent mieux qu’un projectile traditionnel Soft Point (SP).

Le sans plomb : le futur de nos balles de chasse

QUELLEs PERFORMANCEs ?

Afin de mesurer l’efficacité de notre projectile, nous avons effectué plusieurs tests dans du gel balistique. 
Vous voulez comprendre le déroulé des tests ? On vous dit tout ! 

Le sans plomb : le futur de nos balles de chasse

LES TESTS

Lors de ces essais nos équipes mesurent l’énergie cinétique des projectiles. L’énergie cinétique représente l’énergie transportée par le projectile.
Pour mesurer cette énergie, nous mesurons la vitesse et la masse du projectile avant l’entrée dans le bloc. Ensuite, on pèse le projectile sortant du bloc et on mesure sa vitesse. Ainsi en calculant la différence d’énergie entre l’entrée et la sortie nous obtenons l’énergie de déformation ce qui permet de retranscrire physiquement la létalité du projectile.

Pour le test suivant, nous avons comparé deux projectiles sur des tirs en gel : La balle 300 SPCE et la balle EXERGY 300 WIN SANS PLOMB. À savoir : la balle 300 SPCE est un projectile qui comporte du plomb.

LES RÉSULTATS

Lors des différents tirs, toutes les références EXERGY BLUE ont dissipées plus de 95% de leur énergie cinétique dans un bloc de gel balistique (densité 20%) de longueur 40 cm. La balle 300 SPCE par exemple a dissipé 94% de son énergie. On obtient donc des performances similaires sans les effets néfastes de la fragmentation du plomb. Vous êtes surpris ? Et pourtant pour Solognac, la performance est l’un de nos principaux objectifs. Plomb ou sans plomb, Vous ne verrez pas la différence de performance.

ALORS OÙ EST LA DIFFÉRENCE ?

Contrairement aux balles en plomb classiques qui perdent de leur masse pendant la pénétration (du fait de la fragmentation du projectile), les balles EXERGY BLUE n’en perdent quasiment pas (uniquement la pointe en polymère). Vous pourrez d’ailleurs voir dans la vidéo comparative les résidus de plombs restants dans le gel balistique.