La chasse photographique à la bécasse

Émergente mais encore peu pratiquée, la chasse photo de la bécasse a de quoi nous faire rêver. Retrouvez des conseils et témoignages de pratiquant·es.

La chasse photographique a la becasse

Il est 10 heures, cela fait déjà une heure que les chiens cherchent la bécasse dans cette forêt qui arbore ses plus belles couleurs d’automne. Tout à coup, le silence s’installe : les deux setters viennent de se mettre à l’arrêt devant quelques bouleaux en bordure d’une plantation de sapins. La bécasse prend son envol, j'appuie sur le déclencheur à plusieurs reprises. Les chiens reprennent leur quête à la poursuite de la belle des bois. Pour ma part, encore sous le coup de l’émotion provoquée par cette scène, je regarde fébrilement l’écran de contrôle de mon appareil photo. Au milieu de ce dernier, je devine une tache rousse… C'est elle, j’ai enfin réalisé mon premier cliché de la saison.

Depuis quelques saisons et avec le développement des réseaux sociaux, nous voyons de plus en plus de chasseurs afficher de magnifiques photographies de chasse à la bécasse. Des clichés de paysages somptueux, de chiens tout aussi sublimes, mais aussi quelques clichés de Scolopax Rusticola en vol, ou, même pour les plus chanceux, observés au sol.
Réaliser des clichés photographiques à la chasse de la bécasse n’est pas une chose facile : la chasse au bois est en soi-même une première contrainte. En effet, dans ce biotope fermé, le manque de lumière est le premier ennemi du chasseur photographe. De plus, le parfait mimétisme de la bécasse des bois et sa façon de voler de manière rapide rend l’exercice très compliqué.

Appareil photo, smartphone, quel est le meilleur moyen pour réaliser des clichés photographiques à la chasse de la bécasse ?

Aujourd’hui les smartphones vendus sur le marché permettent de faire de superbes photographies. Ils peuvent être utilisés pour prendre les chiens lors de l’arrêt ou pour photographier les paysages. Leur limite va être toutefois assez vite atteinte lorsque les chiens, en action de chasse, ont une vitesse élevée ou lorsque la bécasse prend son envol. Il est très rare de voir des photographies de bécasse en vol prises avec des smartphones. Un boîtier réflex ou hybride équipé d’un objectif va donc être nécessaire pour celle ou celui qui voudra réaliser des clichés de chiens en mouvement et de bécasses en vol.
Afin de savoir quel est le matériel utilisé pour réaliser des clichés lors de la chasse à la bécasse, nous avons posé quelques questions à trois chasseurs photographes qui réalisent toutes les saisons de superbes clichés d’actions de chasse à la bécasse.

Direction tout d’abord la Bretagne, où nous retrouvons Arnaud de Wildenberg, guide de pêche connu qui chasse la bécasse et qui est surtout un photographe professionnel qui a travaillé dans les plus grandes agences. 

La chasse photographique a la becasse

Arnaud, pouvez-vous vous présenter ?

J’ai 66 ans, j’ai découvert la chasse il y a très longtemps avec une 14 mm. J’ai passé mon permis de chasser à 16 ans. Après des études de droit, passionné par la photographie, je suis parti en tant que journaliste photographe en Afghanistan. J’ai photographié le premier hélicoptère Russe abattu là-bas.
A mon retour, je rêvais de travailler pour Gama, j’ai postulé et j’ai été pris. Par la suite j’ai travaillé avec Sigma et j’ai obtenu deux prix World Press et j’ai eu le premier prix Paris-Match pour un reportage sur la famine en Ouganda. J’ai eu la chance de prendre des photographies dans le monde entier.

En 2000, je ne trouvais plus d’émotion dans mon métier, j’ai déménagé à Belle-île-en-Mer ou je suis devenu Guide de pêche.
En 2001, un ami m’a vendu un setter Gordon, j’ai donc commencé à vraiment chasser au chien d’arrêt sur cette zone. Je suis rapidement tombé amoureux de cette chasse. Un homme, un chien, un oiseau. C’est un triptyque qui me plait.
Par la suite j’ai eu plusieurs setters anglais. J’ai le plaisir de pouvoir chasser 4 matinées par semaine et le bonheur de lever entre 150 et 200 bécasses par saison.

Mon passé m'a vite rattrapé et avec l’évolution du matériel photographique j’ai eu envie de mixer chasse et photographie et aujourd’hui je me régale à sortir souvent avec mon boîtier à la place de mon fusil.

La chasse photographique a la becasse

Pouvez-vous donner quelques conseils pour la chasse photographique de la bécasse ?

Il faut tout d’abord un appareil photographique assez performant avec une cadence photo assez importante. En objectif, je conseille un 70 - 200 avec si possible une ouverture à f2.8. En vitesse d’obturation je pense que l’idéal est autour de 1000 mais tout dépend des conditions lumineuses. Un autre petit truc que j’utilise quand mes chiens sont à l’arrêt, je fais ma mise au point et je lance un caillou ou un bout de bois mais bien en l’air pour avoir le temps de me préparer pour viser l’endroit ou je présume que la bécasse se trouve.

DIRECTION DES LANDES POUR RETROUVER MR BERNÈDE.

Laurent, tous les ans nous découvrons vos clichés de bécasses sur internet ou dans des revues : 

comment en êtes-vous venu à pratiquer la chasse photographique de la bécasse ?

J’ai toujours été passionné par la photographie, plus jeune j’avais un boitier argentique et je développais moi-même mes clichés. En 2002 j’ai découvert le numérique. Cela m’a donné de nouveau envie de m’essayer à la chasse photographique. Je me suis équipé au fur et à mesure et j’ai commencé à sortir à la chasse avec mon matériel photo. Je suis passionné de bécasse, je suis adhérent de la section 40 du Club National des Bécassiers.

Est-ce facile de prendre des bécasses en photo ?

Non c’est un véritable “petit exploit” dûs à de nombreux paramètres tels que la lumière, la végétation, la vitesse et la trajectoire de l’oiseau. Arriver à mettre la bécasse dans la boîte est un immense plaisir. J’aime aussi beaucoup capter le regard ou l'attitude de ma Gordon, c’est déjà un plaisir que de pouvoir photographier son ou ses chiens lors des sorties à la poursuite de la bécasse.

Aujourd’hui vous continuez de chasser la bécasse avec un fusil ?

Ma vision de la chasse a changé. Le travail du chien, le respect pour cet oiseau fantastique qu’est la bécasse ont fait que je délaisse facilement mon superposé pour mon appareil qui paralyse les oiseaux comme j’aime nommer mon matériel photographique.

La chasse photographique a la becasse

Avez-vous un conseil à donner à celui qui voudrait se lancer dans la photographie à la chasse de la bécasse ?

Je conseille à tous les chasseurs qui veulent se mettre à la photographie de privilégier l’achat d’un bon objectif. Il faut que la lumière puisse rentrer. Dans mon cas, en début de saison, en action derrière les chiens j’utilise un 18 - 135 basique qui permet de faire du paysage, de photographier les chiens à l’arrêt et tenter quelques envols de bécasse. Par la suite, sans fusil, de décembre à février j’utilise un 70 - 200 f/2.8 qui laisse entrer la lumière et qui me permet de réaliser quelques clichés de bécasses en vol. Pour les réglages, sur un Canon par exemple je conseille le mode AI servo suivi continu et le mode M pour jongler en permanence sur les réglages ouverture et iso pour avoir le maximum de vitesse. Il faudrait au moins atteindre 1/1600 mais on y arrive que très rarement. Mon dernier conseil s’il ne fait pas beau, qu’il n’y a pas assez de lumière : ce n’est pas la peine de sortir le matériel. 

La chasse photographique a la becasse

Rencontre avec ALexandra

Pour finir, nous avons posé quelques questions à Alexandra Kafanke, qui est l’auteur d’une des photos de bécasse au sol qui illustre cet article.

Alexandra, comment êtes-vous venu à prendre des photos à la chasse de la bécasse ?

J’ai rencontré il y a maintenant presque 10 ans un fou de chasse à la bécasse qui m’a fait découvrir sa passion. Rapidement, j'ai adoré suivre les chiens et les prendre en photo. Je me suis équipée sur les conseils de Laurent Bernède notamment et j’ai commencé à réaliser quelques clichés qui illustrent souvent les articles de mon conjoint. 

On peut en savoir un peu plus sur la manière dont a été pris le cliché de la bécasse au sol et si c’est une habitude pour vous que de prendre des bécasses avant leur envol ?

Cette photo a été prise un matin alors que je sortais seule les chiens. Je précise que j’ai passé mon permis de chasser il y a quelques années. Un de mes setters s’est mis à l’arrêt dans un endroit très sale que je ne connaissais pas. J’ai essayé de le rejoindre sans résultat. J’ai donc progressé à genoux sous la végétation. En arrivant derrière le chien, j’ai tout de suite vu la bécasse qui se tenait à 30 centimètres devant lui, j’ai visé, j’ai fait mes réglages et j’ai appuyé sur le déclencheur. C’est un superbe souvenir. Je pense que la bécasse ne pensait pas me voir arriver en rampant ce qui m’a permis de réaliser ce cliché. J’ai réussi à prendre une ou deux autres fois des bécasses au sol, c’est toujours une petite victoire et un réel plaisir. Nous sortons souvent avec simplement les appareils photo et le soir c’est à celui qui va pouvoir regarder sa carte SD en premier. Quel plaisir que de voir de beaux clichés de ses chiens ou avec beaucoup de chance d’une bécasse en vol. 

La chasse photographique a la becasse