Qu'est-ce que la chasse à la bécasse ?

Chasser la bécasse sans chien de chasse expérimenté relève presque de l'impossible. Comment équiper son compagnon ? Qu'attendre de lui sur le terrain ? Comment créer une symbiose maître/chien 

Qu'est-ce que la chasse à la bécasse ?

Pratiqué entre le mois de novembre et le mois de février, cette chasse obéit au calendrier migratoire de la bécasse au pays.

En effet, il faut savoir qu’à partir du mois de novembre, le scolopax, nom scientifique de la bécasse, suit un axe migratoire qui le conduit du nord-ouest de l’Europe vers le sud-ouest. Gibier très intuitif, la bécasse est très difficile à rencontrer.

Il faut dire d’ailleurs que sans un chien de chasse expérimenté, un chasseur n’a quasiment aucune chance de lever cet oiseau mythique, d’autant plus que la « mordorée » (la bécasse) affectionne particulièrement les bois et les sous-bois encerclés de grands arbres de type bouleaux, châtaigniers, ou aulnes sous lesquels se tapissent à profusion fougères, ronciers mais aussi et surtout de l’humus frais chargé de son mets favori : le ver de terre, qu’il n’a de cesse de débusquer au cours de la saison hivernale à l’aide de son long et fin bec.

epagneul Breton chasse à la bécasse

Pour la déloger de là, le chien d’arrêt et son maître devront être en parfaite symbiose. Le chien doit se positionner par rapport à son maître et au gibier, marquer l’arrêt et démontrer une patience à toute épreuve qui l’empêchera de “bourrer” le gibier dès qu’il l’aura levé. Et ce jusqu’à ce que son maître le repère afin que celui-ci puisse aligner le gibier sans souci.

Evidemment, une telle complicité et une telle confiance ne s'acquièrent qu’au bout de plusieurs sorties de chasse. Et parmi les différentes races de chien d’arrêt, seules quelques espèces sont vraiment considérées comme des chiens bécassiers.

Ainsi, en est-il par exemple de l’épagneul breton qui montre une aptitude hors norme : sans doute l’influence de l’environnement de sa région d’origine, la Bretagne, qui est réputée regorger de la mordorée. Le « Pointer » et «  le Setter »  sont aussi de très efficaces bécassiers.

becasse

Le PMA, ou carnet de prélèvement

La bécasse se chasse de l’ouverture générale et se termine vers le 20 février environ suivant la réglementation départementale en vigueur.

La chasse de la mordorée est sujet à un prélèvement maximal autorisé de 30 oiseaux par an et par chasseur (PMA).Ce carnet de prélèvement est aujourd’hui généralisé sur la France depuis l’arrêté ministériel du 31 mai 2011. Il y a cependant des variantes d’un département à l’autre suivant l’interprétation des préfets sur le nombre d’oiseaux prélevés par jour et par semaine.

Exemple : en Bretagne 3 /semaine, et dans d’autres régions 6/S et 2/jour.

Chaque bécasse prélevée devra être marquée au moyen d’une bague fournie dans le carnet. En fin de saison, le retour du carnet à la fédération qui l’a délivré est obligatoire sous peine de ne pas pouvoir la chasser l’année suivante.

Equipement du chien pour la chasse à la bécasse

L'équipement du chien

Suivant une méthode classique de chasse, le chien devra être équipé d’un grelot au cou qui permettra à son maître de le localiser plus facilement dans la végétation luxuriante des sous-bois au niveau de laquelle le fidèle compagnon du chasseur s’enfoncera sitôt qu’il aura levé la mordorée.

Pour plus de prudence, il vaudrait sans doute mieux équiper l’animal d’une clochette avec des campanes ouvertes pour éviter que les ronces n’aillent s’imbriquer dans les interstices des modèles fermés, ce qui empêcherait du coup les battants de tinter.

Hors du champs de vision du chasseur, le chien pourra ainsi signaler efficacement sa position. Ainsi, lorsque l’animal aura fait sortir une bécasse de son gîte et s’arrête, les grelots ne tinteront plus régulièrement mais sporadiquement en fonction des mouvements stationnaires du chien. Ce qui alertera le maître sur l’opportunité d’une levée.

A part le grelot, vous pouvez choisir d’équiper le chien d’un sonnaillon électronique qui permettra, grâce aux différentes fréquences de ses bips, de savoir exactement si le chien est ou non à l’arrêt pour pouvoir le rejoindre rapidement et aligner le gibier.

l'équipement du chasseur de bécasse

L'équipement du chasseur

Le chasseur de bécasse va rechercher des vêtements résistants, respirants, et légers car il va devoir franchir, arpenter de nombreux obstacles dans des conditions quelquefois très inhospitalières.

La fonction première des vêtements recherchés pour ce type de chasse ne sera pas forcément l’imperméabilité, mais davantage pour la veste notamment, de la légèreté, par le port d’une « softshell » par exemple.

Pour le pantalon, le bécassier aura besoin de résistance par la présence de renforts, d’imperméabilité (ou non suivant les régions et la météo). Sinon, vous pouvez utiliser un pantalon avec un cuissard par-dessus. Pour le chaussant, suivant la région et la météo choisissez des bottes légères ou des chaussures imperméables avec des guêtres.

Quant aux armes pour chasser la bécasse, le choix est multiple. Il suffit qu’elles soient assez courtes pour permettre une réaction très rapide.

Une distance maximale de 20m du gibier est exigée afin de ne pas le blesser. Quant aux cartouches, du petit plomb à faible grammage est recommandé. Préférez une cartouche dispersante si vous tirez à très courte distance.

Merci à David, notre ambassadeur et pratiquant passionné de chasse à la bécasse pour la co-rédaction de cet article :

Commentaires utilisateurs

5 / 5 1 commentaire
Répartitions des notes

Chez Decathlon, les avis sont fiables.

  • 15 décembre 2017

    Article bien décrit.tout y est .felicitations

HAUT DE PAGE