chasse au petit gibier migrateur

En ce 18 octobre 2017, nous célébrions la Saint Luc et le jour arrêté pour symboliser le pic annuel de migrations des oiseaux en France. C’est le jour symbolique où les pratiquants passionnés, notamment de chasse au pigeon ramier (ou palombe), pourraient observer le plus de passages d’oiseaux migrateurs. "A la saint Luc, c'est le grand truc !", comme diraient certains. 

La France, de par son ancrage géographique, est historiquement composée de grands couloirs migratoires animaliers permettant les passages cycliques d’oiseaux voyageants du nord de l’Europe ou de la Russie jusqu’à l’Afrique. Il n’est donc pas surprenant que cette chasse, tant suivie et attendue par une partie des pratiquants, passionne 20% de l’ensemble des chasseurs français (hors chasseurs de gibier d’eau).

Les spécificités de cette chasse

La chasse du petit gibier migrateur peut se pratiquer seul ou en petit groupe de chasseurs où l’on ne chasse donc que des animaux sauvages au cours de leur voyage.  

Ce sont des chasses dépendantes de la météo, principalement des vents et du froid (températures négatives et/ou neige), et de la luminosité se faisant moindre, à cause des jours raccourcissant à l’approche de l’hiver.

disposer les formes pour chasser le petit gibier migrateur

Si vous entreprenez de pratiquer cette chasse, vous devrez vous prémunir d’une patience à toute épreuve, couplée à un sens de l’observation pointu. C’est une pratique où l’utilisateur doit se fondre dans la nature, ne faire qu'un avec le biotope et l'environnement dans lequel il évolue pour pouvoir leurrer ce gibier très méfiant : ils ont une vision très poussée, plus que celle de l’Homme. Se déplaçant bien souvent en groupe, on peut compter jusqu’à quelques centaines d'oiseaux par passage.

C’est une pratique où la présence d’appelants & de formes bien disposées est essentielle. A ce sujet, nous vous recommandons de vous rapprocher de votre fédération départementale pour connaître la législation en vigueur quant à l’utilisation de formes plastiques, manèges et autres mécanismes.

Les biotopes de pratique

chasser en palombière

Quels sont, à titre d’exemple, les biotopes où se trouvent des gibiers à l’honneur en cette saint Luc ? La chasse du pigeon ramier, ou palombe selon les régions, se pratique principalement dans des champs cultivés (blé, colza, petits pois, féveroles...). Tout en sachant que le champs de prédilection du pigeon reste le maïs fraîchement coupé. On peut également retrouver ce migrateur dans des grands bois de chênes car le pigeon y trouve des arbres pour se reposer mais surtout se nourrir de glands, baies de lierres et feuilles.

Dans certaines régions, la chasse des colombinés est une tradition, et se pratique en palombière. Dissimulés de la vue des oiseaux lors de tous leurs déplacements, certains chasseurs attendent les passages de palombes dans un abri construit à l’image de l’habitat naturel de l’oiseau. L’objectif étant de prélever les oiseaux avec l’aide de filets ou au tir posé. Attention toutefois, cette pratique étant très réglementée, nous vous conseillons de vous rapprocher de votre fédération départementale pour connaître la réglementation en vigueur.

chasse au petit gibier migrateur dans un bosquet

La chasse de la grive se pratique davantage dans des zones arborées comme des bosquets, haies, jeunes plantations d'arbres ou encore dans les maquis du sud de la France. Vous les trouverez dans des zones où elles pourront se nourrir de petits insectes (escargots, abeilles, lombrics...) ainsi que de baies sauvages (mûres etc).

Les grives raffolent tout autant de fruits comme les pommes et les poires, et se retrouvent de fait en nombre dans les plantations d'arbres fruitiers.

Les espèces chassables

En France les oiseaux migrateurs les plus chassés sont : les pigeons (pigeons ramiers ou palombe, colombins renommés également “petits bleus”, le piget biset appelé plus communément pigeon de clocher, et les pigeons de ferme/basse-cour),  les grives (musiciennes ou tourdes dans le sud, mauvis, draine ou double, litorne,plus particulièrement renommées Tcha-tcha en référence à son chant), les merles & les étourneaux, les canards (plongeurs et surfaces) & les oies, ainsi que les bécasses.

Saisonnalité et périodes de chasse

chasser le petit gibier migrateur

La migration commence généralement à partir de la mi-juillet jusqu’à la fin de l’automne et varie selon les espèces. Il faut savoir que les oiseaux commencent à migrer lorsqu'il ne trouvent plus suffisamment de nourriture et d'eau sur leurs lieux de reproduction et de gagnages.

On observe 3 phases migratoires notables:

- à la mi-octobre, au moment de la Saint-Luc

- au début de l’hiver, lors des premières gelées

- de mi-janvier à mi-février pour la remontée.

En lien avec cet article, Solognac vous propose de découvrir :

Chasse au petit gibier migrateur
équipement camouflage chasse du petit gibier migrateur
La Saint-Luc approche à grand pas. Ce jour symbolique, tous les passionnés l'attendent avec impatience. C'est LE grand jour annoncé pour le passage des palombes au dessus de nos têtes. Pour vous préparer au mieux et augmenter ainsi vos chances de réussites, lisez les conseils donnés dans cet article.
4.50 / 5 2 commentaires
Chasse au gibier d'eau
la chasse du gibier d eau en été

On vous propose de découvrir les différentes pratiques ainsi que les équipements nécessaires à cette chasse encore minoritairement pratiquée.

Commentaires utilisateurs

Soyez le premier à écrire un commentaire

Rédiger un commentaire
HAUT DE PAGE