Interview de Franck Delmonteil, un passionné de la belle des bois

Interview Franck Delmonteil

Evoluer dans les bois au coeur d’un biotope sauvage, quêter la moindre émanation, entendre la mélodie des clochettes jusqu'au silence palpitant, déclencher l'envol de ce magnifique oiseau.. La chasse de la bécasse est un art, passionnant, et qui passionne. Dans cet article, Franck Delmonteil, un mordu par "la sorcière des bois" nous dévoile ses conseils, ses habitudes et ses astuces pour avoir un maximum de chance de rencontrer la mordorée.

Interview Franck Delmonteil

Bonjour Franck, est-ce que tu pourrais te présenter à nos lecteurs ?

Sans problème. J'ai 47 ans, je suis originaire de la Dordogne et je réside en Corrèze. Je chasse depuis l'âge de 16 ans et j'écris pour le magazine "Bécasse Passion". Si vous êtes présents sur les réseaux sociaux, et notamment sur Facebook, vous savez peut-être que je suis l'un des administrateurs du groupe "Radio Bécasse". Un groupe où tous les échanges tournent exclusivement autour de la mordorée.

Interview Franck Delmonteil

Comment t'est venue cette passion pour la bécasse ?

J'ai choisi cette chasse car je suis tombé amoureux de l'oiseau. J'ai, pendant de très nombreuses années, taquiné les poissons dans d'innombrables cours d'eau, en France et à l'étranger, puis je me suis davantage orienté vers la chasse. La bécasse est un oiseau sauvage, mystérieux, qui utilise de nombreuses ruses pour échapper aux chiens et au chasseur. C'est ce que j'aime et ce qui rend sa chasse envoutante. De plus, étant un amoureux des chiens d'arrêt, c'est un gibier qui permet de prendre beaucoup de plaisir quand on voit nos auxiliaires "travailler".

Interview Franck Delmonteil

Chasses-tu seul ou accompagné ?

J'aime bien les deux. Je chasse souvent seul ou avec ma compagne, qui réalise de très beaux clichés photographiques lorsque nous sommes avec les chiens sur le Plateau de Millevaches. Il m'arrive aussi de chasser avec des copains, bien évidemment. C'est un vrai moment de convivialité : sentir chez l'autre une montée d’adrénaline, quand on sait que la bécasse est là devant le chien, à l’arrêt, est unique. C'est un moment que j'aime partager, et que je ne ressens vraiment que lorsque je pars en quête de la belle des bois. Aucun autre gibier ne me procure autant d'émotions.

Interview Franck Delmonteil

Peux-tu nous parler de tes chiens ?

A l'heure actuelle, je possède deux setters anglais. "Indiana", un Blue Belton, et "Jet", un tricolore. Il s'agit de deux mâles. J'ai toujours aimé chasser avec des chiens mâles. Ce sont tous les deux des auxiliaires issus de bonnes lignées bécassières. Ils sont passionnés tous les deux par la bécasse, tout comme leur maître. Je les sors environ 4 fois par semaine, et bien évidemment ils m'accompagnent sur chacune de mes sorties à la bécasse entre fin septembre et fin février.

Interview Franck Delmonteil

Peux-tu nous dire sur quel(s) secteur(s) tu chasses ?

Je chasse le plus souvent dans le Limousin, sur le réputé Plateau de Millevaches. J'y réside. Nous y avons un très joli biotope, situé entre 850 et 950 mètres d'altitude. Mais je vais aussi dans les Landes, où j'ai une maison secondaire et de très nombreux amis chasseurs. Les environnements sont différents, et c'est ce qui me plaît.

Concrètement, comment prépares-tu ta saison de chasse ?

Pour moi, le plus important ce sont les chiens. Je veille sur eux en permanence et je suis aux petits soins pour eux. Je fais très attention à leur alimentation et je les prépare physiquement tout au long de l'année. Pour ce qui est de mon équipement, j'ai besoin de vêtements résistants qui vont me permettre de chasser un grand nombre de fois dans l'année. Il me faut donc des vestes et pantalons qui résistent aux milieux fermés et épineux, qui respirent et qui soient agréables à porter. J'ai parfaitement trouvé mon bonheur dans la gamme Solognac, qui a vraiment pensé des habits pour les bécassiers. Enfin, j'entretiens régulièrement mon fusil, un calibre 28 que j'adore. Je fais aussi pas mal de ball trap l'été pour travailler mes gestes.

Petit gibier

Une anecdote à nous raconter sur une de tes parties de chasse ?

Je vais vous raconter celle qui m'est arrivée dernièrement. Nous avions déjà chassé 2 heures et les chiens m'avaient arrêté deux bécasses. On attaquait une partie très dure, avec un gros dénivelé, et surtout très sale avec des ronces. La température commençait à être élevée. Pourtant je sentais que les chiens étaient encore à fond. Les sonnailles se faisaient entendre au loin. J'ai eu plusieurs petits arrêts mais les chiens repartaient rapidement. Tout à coup, "Jet" déclencha son beep en plein coeur de la plantation de sapins. "Indiana" arriva rapidement et déclencha le sien à patron. C'était à une centaine de mètres de moi. J'ai peiné pour rejoindre les chiens, les ronces ne voulaient pas que je passe. Enfin, en insistant, j'ai pu m'approcher à quelques mètres des chiens. Une bécasse a décollé en prenant la pente. Je l'ai aperçu un dixième de seconde. J'ai tiré, mais je l'ai loupé. Au coup de fusil, une seconde prit son envol à trois mètres de moi. Elle fut surprise par une branche, tourna vers moi, me passa à un mètre du visage, ailes bien déployées, fit trois mètres et de nouveau me fit face avant d'entamer enfin une chandelle salvatrice à travers les conifères. Je ne sais pas pourquoi, sûrement enchanté par ce spectacle, je n'ai pas tiré mon second coup.

Interview Franck Delmonteil

As-tu des conseils à partager à nos lecteurs ?

Le premier est de ne pas attaquer trop tôt ses journées de chasse à la bécasse. Je dirais qu'il ne faut pas commencer avant 9h30, 10h. A cette heure, les oiseaux ont eu le temps de bouger un petit peu et les émanations sont meilleures pour les chiens. Mon second conseil est d’avoir confiance en ses chiens : ce sont eux qui savent où se trouvent les oiseaux. Laissez-les prendre des initiatives ! Vous verrez, vous serez surpris des résultats.

Un petit mot pour terminer ?

Oui, il sera simple : prenez beaucoup de plaisir tout en respectant un maximum la bécasse. Bonne saison à vous toutes et tous !

Commentaires utilisateurs

5 / 5 4 commentaires
Répartitions des notes

Chez Decathlon, les avis sont fiables.

  • 21 octobre 2019

    On sent le passionné que j'ai été par cet oiseau, que du bonheur de chasseur dans ses propos.
    Cordialement
    DB

  • 23 août 2019

    J'ai rencontré l'homme,très aimable . Passionné de nos bécasses,nous avons dialogué un bon moment.Je l'ai lu aussi ( le voyage de Doriane ),sympa.Un bécassier,un vrai,respectueux de l'oiseau.

  • 19 août 2019

    Excellent rien à dire sauf
    Grand merci pour tout les conseils

  • 19 août 2019

    Merci Franck et à Jet et Indiana pour tes récit
    Moi même adorant l'oiseau mystère et mes 3 setters résidant Paris et chassant en Bretagne la Passion est trop forte (merci la SNCF) et je ne conçois pas la chasse à la bécasse sans mes fifilles Câline, Gitane et jina et être bien équipé est primordial pour cette activité physique exigeante merci décathlon
    À bientôt didou56

HAUT DE PAGE